© 2019 Sally Galet. Mentions légales

Le répertoire commun

Toute équipe pédagogique est emmenée à trouver les moyens efficaces et enthousiasmants pour développer un véritable lien entre l'enseignement instrumental et celui de la Formation Musicale. J'aime beaucoup le principe de partir d'un répertoire commun adapté. Que ce soit dans le cadre d'un projet spécifique: l'appropriation d'une oeuvre, l'étude d'un répertoire de musiques traditionnelles, la préparation d'un conte... ou comme principe à la base d'une progression pédagogique. 

Intervention de Sally Galet à l'occasion de la journée de rentrée des professeurs du Conservatoire de Bordeaux, Septembre 2009

Le Passeport fête ses trois ans. J'aurais plutôt envie de compter son âge comme font les chinois, depuis sa période de gestation. Déjà on lui cherchait un nom, il prenait forme, nous vivions dans l'anticipation de le voir naître. Et maintenant, comme si j'observais l'enfant à qui ce Passeport se destine, je le vois grandir, prendre sa place dans notre conservatoire.

 

Descriptif du Passeport

Conçu à la suite d'une longue série d'échanges et né dans le berceau du département de Formation Musicale, le Passeport est un outil pédagogique ayant pour vocation d'offrir un lien concret entre l'élève, ses différents professeurs (instrument, FM et chant choral) et sa famille. Il est destiné à accompagner l'élève durant tout le premier cycle.

 

Sa conception est très simple, il s'agit d'un répertoire commun de chansons, sous forme de classeur. Les chansons y sont présentées sans accompagnement, dans des tonalités simples adaptées à la voix de l'enfant. Au fil des années du premier cycle, les enfants remplissent leur classeur avec ces chansons, et tout particulièrement les " Chansons de référence ". La maîtrise et la compréhension par l'élève de l'ensemble des éléments musicaux que contiennent ces chansons servent d'objectifs globaux aux professeurs de Formation Musicale (relayés ensuite par les professeurs d'instrument).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Dans le cadre des cours de FM l'élève se sert également des pages d'expression écrite, " Je joue, je chante, j'écris, j''invente " pour copier/écrire de mémoire la mélodie d'une chanson et pour inventer, soit dune façon guidée, soit librement, en employant des ingrédients qui lui sont familiers. Evidemment, le Passeport ne prétend en aucun cas être un répertoire exhaustif. Même si ce répertoire sert de " socle commun " à tous, chaque professeur élargit le répertoire de l'enfant autant que possible.


En début de classeur, une rubrique « liaison » permet des échanges écrits entre enseignants et familles : informations, commentaires  sur l'élève, résultats d'évaluations, signatures des bulletins semestriels et questions des parents

 

Le fondement pédagogique

La chanson est une mine pédagogique. L'enseignement musical sans chansons serait bien triste pour l'enfant. Toute méthode pédagogique pour instrument adressée aux enfants exploite la chanson. La première expression musicale de l'enfant est le chant. L'instituteur et le professeur de langues connaissent l'utilité pédagogique de l'association texte-musique. Si l'apprentissage en cycle 1 ne doit en aucun cas se limiter à un répertoire de chansons, comme socle commun dans un lenseignement global de l'enfant le Passeport me semble une proposition très valable.

Pour m'expliquer, je décris le parcours transversal que peut prendre une chanson de référence:

 

1. L'enfant entend une chanson (sa maman la lui chante, il l'apprend à l'école ou dans un cours de chant choral,  il l'entend dans un film) Il la mémorise.  Puis il l'emporte avec lui, l'air et les paroles lui trottent dans la tête.

 

2. Plus tard (ça peut être dix minutes, ça peut être deux ans) la chanson est présentée dans un cours de Formation Musicale. L'enfant la rechante, recherche l'air sur son carillon (ou son instrument, selon le type et le niveau du cours) le joue, l'écrit, en analyse la tonalité, certains intervalles, intellectualise un nouveau rythme etc. Il joue avec les ingrédients de la chanson dans une séquence « invention ».  Ainsi il « intègre » cette chanson dans sa mémoire auditive et visuelle jusqu'à pouvoir lécrire et la chanter avec le nom des notes par cœur. En même temps il emporte les connaissances et acquisitions nouvelles qui entourent la chanson.

 

3. Durant la même période, idéalement un peu plus tard, le professeur d'instrument aborde la même chanson avec l'enfant. L'enfant est content, pour lui cest toujours plus facile quand on connaît ! Maintenant il apprend à jouer cette chanson correctement, avec le bon doigté, les bons coups d'archet etc. mais le professeur d'instrument constate que beaucoup d'éléments musicaux, le travail de phrasé par exemple, sont en place. Selon l'instrument, la chanson sera transposée et cette modification est comprise par l'enfant. Pour les instruments polyphoniques, un accompagnement sera proposé, ou élaboré en cours. La chanson repart à la maison comme devoir instrumental.

 

4. Si le professeur, dans l'étape que je viens de décrire, travaille dans un groupe Orphéon, la chanson est jouée à plusieurs à l'unisson, un contrechant ou un accompagnement simple est ajouté, l'enfant apprend à accompagner ou jouer la mélodie...

 

5. Dans le cadre d'un rassemblement des enfants d'un groupe Orphéon, ou d'une séance Jeunes Ensembles, la chanson fait l'objet d'une orchestration. Chaque enfant, dans son pupitre, contribue à cette nouvelle version.

Ces cinq étapes représentent une possibilité de parcours. Mais d'autres, moins riches ou plus axés sur la voix etc. existeront bien entendu et seront formateurs. Durant son premier cycle, l'enfant suivra le parcours d'une bonne vingtaine de chansons de référence. Le contenu de ces parcours va contribuer à sa formation et lui servir de repères. La qualité des parcours dépend de nous, les professeurs.

 

En Formation Musicale chaque chanson sert de « jalon » dans un programme d'objectifs pédagogiques. Chaque professeur amène et entoure la chanson selon sa propre pédagogie.  
Evidemment, l'apprentissage instrumental ne doit pas se baser sur l'unique répertoire du Passeport. Cependant chaque chanson représente une main tendue aux professeurs d'instrument.

 

Quel est le rôle du professeur d'instrument dans l'utilisation du Passeport ?

  • Exploiter les chansons sous toutes les formes imaginables afin de permettre aux enfants dintégrer les connaissances et acquis que les professeurs de Formation Musicale (cette appellation se distingue particulièrement de celle de « solfège ») cherchent à développer

  • Contribuer, en proposant des arrangements, des orchestrations, des projets, du nouveau répertoire adapté

  • Communiquer avec les profs de FM et les familles, notamment par le biais des feuilles de liaison. Cette communication est un élément indissociable du travail pédagogique sur les chansons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


En conclusion

Le Passeport, du haut de ses 3 ans, voit un développement fulgurant à travers l'augmentation du répertoire, les différents cahiers spécifiques, les orchestrations, arrangements et compositions qu'il regroupe en ce septembre 2009. Nous prévoyons les Editions Passeport, dans un futur assez proche. Pour moi, c'est un grand bonheur. C'est la preuve quil existe déjà un travail collectif entre professeurs et entre les différents départements du conservatoire, même si tout le monde ne se sent pas encore concerné. C'est aussi la preuve d'un investissement colossal de la part de certains, notamment de Gaël Nin, responsable du Passeport à compter de cette rentrée. J'ai espoir que la contribution de chacun et le développement du travail collectif se poursuivent pour le bien de nos élèves. Et comme je me considère un peu comme la maman du Passeport, je me réjouis de le voir voler de ses propres ailes.